Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 15:33
l'Europe
l'Europe

de Budapest (Hongrie) à Athènes (Grèce) par Belgrade (Serbie par le Danube rive Croatie) puis Sköpje (Macédoine) et Thessalonique pour Athènes et Patras (Péloponèse).

15OO kms de vélo/sacochard/solo - 3500 kms de train(s) pour rejoindre d'abord Budapest, puis le retour vers la Bretagne par l'Italie (Ancona/Milano/Parighi).

Patras/Ancona : 1000 kms de ferry grec .

Du sport, de la logistique, du mental afin de pouvoir au final retourner " entier dans mes courtils bretons"

La chose étant dite, rien ni personne ne m'obligeaient d'y aller, n'est-il pas ?

Mais quel bonheur, celui d'être sur mon "Mout-Mout François" , mon farrhad François, et surtout celui de rencontrer au fil des kilomètres parcourus tous ces gens merveilleux et toutes ces vies si différentes, ces vies inédites et riches de tout, si, si, si...

Juste une carte simplifiée de notre Europe qui rit mais qui pleure beaucoup aussi .....

Un très long et pénible parcours de liaison de Bretagne à Budapest.

En juin 2006, j'avais déjà rallié Donaueschingen à Budapest par Vienne et Bratislava, (1600 kms) il me tardait de retourner côtoyer ce fleuve magique et envoûtant qui transperce l'Europe jusqu'à la Mer Noire. (les dernières sections roumaine et bulgare seront encore pour une autre fois ).

TGV et trains de nuit ont sans doute un certain charme, encore faut-il conditionner le vélo aux exigences des "chemins de fer". Cette fois-ci, les expériences accumulées lors des retours d'aventures précédentes vont me servir....le "bagage" doit répondre aux règles édictées par les têtes d'oeuf du transport ferroviaire européen à savoir:

colis de 1 m par 0,9Om (guidon, pédales, scelle, roue avant...démontés et emmaillotés), le tout dans un emballage propre et net....non mais.

Avantages: tu peux circuler dans tous les trains sans taxe ni prises de tête avec les képis/chefs.

Inconvénients: 1/2 à 3/4 d'heure de mise en oeuvre au départ et à l'arrivée, et les manutentions pénibles si correspondances. Je ne regrette pourtant pas cette option pour ce voyage compliqué, sachant dès le départ qu'il m'aurait fallu pratiquer pour le retour de Grèce les trains " de luxe" souvent interdits eux aux vélocypèdes aventureux (TGV, ICE, Thélos..).

" Mout-Mout François" emmailloté comme un bébé/vélo. le Farrhad François beurzouk, et à l'arrivée de Budapest/Kély le samedi 13 juin" Mout-Mout François" emmailloté comme un bébé/vélo. le Farrhad François beurzouk, et à l'arrivée de Budapest/Kély le samedi 13 juin

" Mout-Mout François" emmailloté comme un bébé/vélo. le Farrhad François beurzouk, et à l'arrivée de Budapest/Kély le samedi 13 juin

BUDAPEST - ( Danube ) - BELGRADE - SKÖPJE - ATHENES en vélo/solo- juin 2015

Vendredi 12 juin : Gare de Rennes (merci Jean Mi pour le convoyage).....début d'un long périple ferroviaire à travers l'Europe. Strasbourg, Stuttgart, Munchen, Vienne, Györ, Budapest (tout le monde descend) 1800 kms de trains (controleur/euses compris, correspondances galèreuses..)

Arrivée en gare de Budapest//Kéli à 9h le samedi 13, remontage de mon Farrhad François, le couple vélo/destrier retrouve vie.

Je retrouve aussi Buda et Pest ainsi que je les avais laissées en 2006. Cette fois-ci je ne bivouaquerai pas parmi les "péripatétitiennes de l'île Margit-Sziget mais au Camping Haller (quasi en centre-ville).

Budapest for ever, magnifique ville à l'empreinte du vielle empire austro-hongrois.

Son Parlement emblématique qui se reflète sur les eaux du Danube/Donaü//Duna.

Ses ponts chargés de toute l'histoire du pays: Széchenyi hid (Pont des Chaînes), Margit hid, Erzsébet hid, Szabadsag hid...( je suis un pont-ophile passionné, si, si, si ).

Je hume, renifle et respire sur la ligne de départ de mon périple (compliqué) 2015.

Change immédiat afin de pouvoir me sustenter d' un en-cas mérité (le goulasch de 2006 m'a laissé un souvenir qui ne m'incite pas à renouveler l'opération " un goulasch pour tous" .

En Hongrie nous monnayons en forint (1€=312Ft).

Rencontre au camping Haller avec André, homme de qualité, ( un frère cyclo/sacochard à crinière en queue comme moi) échanges d'expériences. Le soleil continental et son corollaire, la chaleur, sont au rendez-vous. Tout est de bonne augure pour l'envolée danubienne imminente.

Une prise de tête au camping (breton du sud-Morbihan - j'ai sans doute un peu de sang chaud en réserve) avec un teuton camping-cariste qui, pour marquer son territoire déplace la gamelle de son molosse berger/allemand devant l'entrée de ma petite Quetchua Ultra light - Farrhad François bien que Allemand d'origine n'y pourra rien : le territoire d'un camping-cariste est inviolable, très large périmètre de sécurité oblige. " Ja, Angela bite - peace and love/Freiden und Liebe "

(toutes les photos jointes sont défilantes en activant les flèches à gauche ou à droite)

le Chateau de Buda, Schéchenyi hid (pont de Chaînes), débonnairement austro-hongrois, Erzsébet hid
le Chateau de Buda, Schéchenyi hid (pont de Chaînes), débonnairement austro-hongrois, Erzsébet hid
le Chateau de Buda, Schéchenyi hid (pont de Chaînes), débonnairement austro-hongrois, Erzsébet hid
le Chateau de Buda, Schéchenyi hid (pont de Chaînes), débonnairement austro-hongrois, Erzsébet hid

le Chateau de Buda, Schéchenyi hid (pont de Chaînes), débonnairement austro-hongrois, Erzsébet hid

Dimanche 14 juin, six o'clock, : "Bonjour Danube, à nous deux".

Le parcours est simple.....suivre le fleuve dans le sens du courant......mais, mais, mais il faut savoir choisir sa rive. Je suis sur l'Euro-vélo 6 - de St Brévin les Pins (44) à Constenza (Mer Noir).

Relativement bien balisé, avec quelques "blancs" (merci les fonds européens). En Hongrie l'EV6 emprunte essentiellement les départementales ( la E73 est interdite aux vélos).

Première nuitée à Rackeve (Zimmer en local associatif, au bord du Donaü).

Tass, Dunaujvaros, Apostag, Solt, Kalocsa (Panzion-Hotel), Donauzesko(Panzion), Biilje....350 kms ( 90kms/jour en moyenne). Petites routes tranquilles ou certaines plus busy. Souvent des portions bucoliques sur la "levée du Donaü" bitumée ou herbeuse. De très rares rencontres cyclos.

Un phénomène saisonnier en Hongrie danubienne: une convergence démentielle vers le Danube et villages limitrophes de faucheurs/faucheuses.

Qui, équipé(e)s de faucilles, serpettes, faux et débroussailleuses pétaradantes et fumantes s'activent à tout nettoyer et couper ce qui ressemble à de l'herbe ou du foin. Pratiques séculaires, ai-je compris, corvées civiques conviviales et écologiques. La nuée des faucheurs est impressionnante sur plusieurs centaines de kms.

un arrosage puissant (très puissant, si, si, si ) de champs de maïs après Donaszekcsö m'oblige à un arrêt prolongé. Réfléchir à la fréquence de passage du jet destructeur, à la balistique de l'arrosage......conclusion après observations et calculs:

un créneau de moins de 10 secondes est laissé pour franchir le mur d'eau, donc bien calculer son élan cyclopède afin de parvenir au moment de la suspension (très court) du passage de l'arrosage. Un petit fourgon téméraire juste avant moi a failli être retourné par le jet monstrueux. J' incante la Madone mécréante de l'Arrosage et me lance..... j'ai foi en mes calculs balistiques. Merci Madone des Eaux, tu auras l'affection mécréante pour toujours.

Le bonheur et le régal des bacs traversiers danubiens. A Gerjen, d'abord pour rejoindre Fadd et Skekszard afin de retrouver le Duna Drava Nemzeti Park. Les bacs sont nombreux, fréquents et peu onéreux. Changements de rives nécessaires afin de suivre la meilleure piste (souvent se renseigner en plus des indications EV6 défaillantes).

Le Duna Park (50kms de levée danubienne) territoire des sangliers en sur-nombre (hélas pour mon bivouac souhaité et programmé avant Baja). Ma Quetchua Ultra Light n'offrant pas les commodités exigées pour une famille entière de sangliers/marcassins. Impressionnant. Traversées soudaines et fréquentes de familles grouinantes de cochons . "T'as toujours par contre le bonjour du petit dernier marcassin".

Ne parlant pas le langage des cochons sauvages hongrois des bois je passe le plus vite possible mon chemin...

A Mohacs (jolie ville danubienne) ravito, change préventif en kunas croate (1€=7,55 kuna), la frontière hongro/croate n'est plus loin, à Udvar/Dubosevica.

Froide frontière et contraste immédiat.

La Croatie ainsi que la Hongrie progressent vite vers " l'européenisation" à l'évidence.

toutes les photos sont défilantes en activant les flèches à droite ou à gauche

Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,
Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,

Une bise à la "Coco-Traban" en passant, carte danubienne, compréhension du texte pancartier quelquefois difficile, routes et levée danubienne, Apostag (un village dédié aux 12 apôtres -si, si, si). Difficulté pour franchir un mur d'eau ! , dans le Donaü Park une fouin-erie géante,

Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar
Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar
Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar
Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar
Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar
Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar

Soproni gouleyante bière hongroise dans une arrière-ferme, time-table d'un bac danubien, carte du Donaü Park, bac de Mohacs, frontière hongro-croate à Udvar

La Rive Croate (frontière danubienne) est plus roulante que la rive Serbe.

Après Batina, direction Knezevi/Vinogradi, Bilje (panzion) et Ozijek.

La guerre des Balkans pris fin entre 1991 et 1995 (selon les ex-pays yougoslaves concernés) . Ici tout est encore à la mémoire vive de ce carnage.

Cimetières à profusion, ex-votos, musées de la guerre. La douleur est encore palpable, difficile de communiquer sans pratiquer le serbo-croate, mais l'environnement, les regards, les rencontres attestent des horreurs récentes.

Vukovar, emblématique bataille serbo-croate, la ville n'a pas encore tout effacé des horreurs. Timisoara plus au nord/est, Sarajevo au sud, deux villes inscrites à jamais parmi les abominations de cette "guerre encore toute fraîche" !

Séjour court à Vukovar, le temps d'essayer de comprendre (sans y parvenir vraiment), et d'y déguster une fraîche cerveza au "Bar de Dani " .

Musée, maisons, Office du Tourisme conservant quelques stigmates de ce moment d'histoire, je quitterai Vukovar avec une boule dans le ventre. Il me faut à présent rejoindre la frontière serbo-croate à Ilok, pour ensuite changer de rive vers Novi Sad (Serbie) et Belgrade (Beograd).

Entre Opatovac et Savengrad ( en Croatie) un fort moment d'angoisse.

Bien qu'ayant accumulé les kms à pédales depuis plus de dix ans, je n'avais pas encore connu ce genre de rencontre. Sur un dizaine de kms , trois motos me croisent et me re-croisent à allures chaque fois différentes....je commence à sentir une impression belliqueuse chez ces motards sans doute croates ( je suis motard et connais la redoutable vélocité de nos engins s'ils doivent être utilisés à d'autres fins que le déplacement ou la balade). Deux kms avant Sarengrad, dans un virage à gauche, en descente à 8%....je repère les trois motos en stand-by, sans leurs pilotes. Déboulant à plus de 45 km/h ( 120 kgs de viande bretonne et de bagages) peuvent laisser quelques traces en cas de choc frontal, même avec un ou deux motards casqués attendant leur proie chargée d'Euros sonnants et trébuchants. Ma vitesse m'a sans doute épargné l'interception fatale.

Profitant de la descente pour garder ma vitesse protectrice, j'atteins, le coeur en chamade, l'entrée du village, où deux vignerons entretiennent leurs vignes. Arrêt immédiat pour une discussion prétexte.

Les trois motos arrivent, ralentissent, discutent entre elles.....et repartent sans laisser d'adresse vers d'autres lieux. Petite suée et angoisse rétrospective, mains et cuissard moites, angoisse exprimée par les yeux sans doute que je n'arrive pas à expliquer aux deux tailleurs de javelles croates.

A l'entrée du village, l'apparition soudaine, mais bienvenue, de deux vélos/sacochards teutons me soulage. Un oncle et son neuveu qui réalisent le Donaüradweg à qui j'explique mon dernier avatar. Nous ferons quelques kms ensemble, l'union faisant la force.

Ami(e)s motards: "Poignée dans les coins"

J'arriverai vite à Ilok (Croatie), village frontière où la Madone Mécréante des Vélos/Sacochards me récompensera. Sortant d'une boulangerie, une jeune femme m'interpelle et m'indique l'existence d'une pension de famille (chez ses parents) , Vladimir son fils, arrive illico en scooter pour me diriger vers leur maison hospitalière. La "pension Sobe Ana" , extraordinaires Mickaël et Vladimir, nous discuterons (en anglais avec Valdech) de tous les malheurs de ce drôle de monde. Un moment de vraie communion.

Ami(e)s sacochards c'est le gîte familial incontournable sur cette partie danubienne. Demain frontière croate-serbe à Ilok ( frontière non commune - passage en deux temps - on sent les restes d'une guerre fratricide récente ! )

EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans
EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans

EV6 et son panneautage, cimetières et tombes à profusion à Vukovar, Musee souvenirs à Vukovar, vestiges de guerre des Balkans

grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar
grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar

grenier à grains croate, "sur la route....sur la route" , Pension Sobe Ana" à Ilok, Mickaël et Vladimir à Ilok, à Ilok frontière serbo-croate, le bar "Dani" à Vukovar, distributeur de lumignons à Vukovar

attention aux mines baladeuses !
attention aux mines baladeuses !

Guerre toute récente, fin juin triste anniversaire "les 20 ans du massacre/génocide de Sebrenica - juillet 1995". Le beau Danube Bleu, fort prisé et convoité des cyclos pédaleurs fut donc tout récemment témoin de la folie des hommes. Présence encore partout de cette guerre. Inquiétudes encore justifiées lorsqu'il s'agit de bivouaquer "anywhere" . Quelques mines/vestiges sont encore dans l'attente de....je ne pus planter ma tente n'importe où, souvent devoir repartir à reculons à la recherche d'un lieu plus sûr (pension, hostal, zimmer).

A la sortie de Vukovar, surpris par un distributeur automatique de "candles/lumignons" . Je reste un collectionneur compulsif de ces " gadgets à fumée bénie qui permettent la remise à zéro du compteur à péchés des propriétaires d'âmes devenues pas nettes" (si, si, si...! )

Le contraste environnemental entre la Croatie et la Serbie cette fois est révélateur.

Deux pays ( encore ennemis ? ) qui n'avancent sans doute pas à la même vitesse économique. Lorsque les deux frontières successives sont franchies, le cyclo-pédaleur doit redoubler d'attention, le déplacement cyclopède en Serbie est plus " à risques" : camions d'un autre âge, voitures plus rentre-dedans, conducteurs/trices (si, si, si...) formé(e)s autrement ?

Vigilance absolue....un oeil (le gauche dans le rétroviseur en permanence et le droit vers l'avant pour anticiper les agressions en préparation ). Routes étroites, chaussées délabrées en attente d'un cantonnier titulaire du secteur. Des ex-votos tous les 500m à la mémoire post-mortem de jeunes conducteurs impétueux maîtrisant mal les chevaux-vapeur, cela interpelle quand même n'est-il pas ?

Palankä, Celarevo, Glozan, Futog, Novi Sad, Petrovaradin, Sremski/Karlovici, Inöija, Stara Pazova et Zemun (banlieue de Beograd), plus de 130 kms où il faut beaucoup de concentration et d'humilité cyclopède ( évitements immédiats et sans discuter vers l'herbe grasse du bas-côté afin d'éviter la rédaction d'un constat amiable en serbo-croate réputé difficile à pratiquer même pour un breton polyglotte )

J'arriverai à Zemun en fin d'après midi du 19 juin. Trouvé une chambre d'hôtel "trois stars Hotel Fortuna" où je fus le seul client. Mout-Mout François restera monter la garde dans le hall pendant que son cavalier récupérera de la rude étape serbe. Demain : Beograd

La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun
La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun

La frontière serbo-croate à Ilok/Palanka. Des cheptels de camions en attente. Serbe fier de son trou du cul à Novi Sad. Chateau de Novi Sad. Hall du Fortuna Hotel de Zemun

Belgrade est à quelques vingt kms. 6h du matin, je rejoins le bord du Danube pour y parvenir. Aucune impression majestueuse ainsi qu'à Budapest, l'arrivée sur Beograd est fade. Quelques restos/dancings finissent la nuit bruyamment (doum-doum-doum...), des têtes hagardes chargées par une nuit musicale d'enfer s'extirpent des boites flottantes. Un survivant de la nuit, ébouriffé jusque sous les aisselles m'indique le meilleur moyen pour rejoindre le centre de la capitale serbe. Merci à lui.

Je dois outre-passer une bande de chiens errants agressifs (problème vraiment récurrent en ces pays baltes....j'y reviendrai plus tard). Un jeune cyclo belgradois me renseigne et m' accompagne pour rejoindre le centre tout près. Près du Parlement, deux cyclos Français, Jean-Louis et Patrick, en direction de la Mer Noire, m'indiquent l'adresse du Modern Hotel - 26 Makeconska - ( albergue pour sacochards et backpakers ), en centre ville.

20 juin, ambiance franchouillarde du 12/7/1998, l'équipe nationale des footeux serbes de moins de 20 ans, vient de battre le Brésil en finale.....ça corne, ça gueule, ça picole et "drapeaute" à tout va. Pour ma part, cyclopédaleur breton je me contente de passer la ligne d'arrivée de la dernière étape du Tour de Serbie vélos......non mais...chacun son sport favori !

Direction l'Hotel Modern afin d'y remiser en sécurité mon Farrhad François et ensuite partir, allégé, à la découverte de Belgrade:

son Parlement (Narodna skupstina), son théatre ((Narodno pozoriste), sa forteresse (Beogradska tvrdava), l'artère commerçante Uzun Mirkova et Vasina. le Parc de la Forteresse et ses joueurs d'échecs. Un tour à la gare ferroviaire pour renseignements concernant les trains vers Skopje (Macedoine) par et depuis Niss. Le quartier des gares fer et bus est envahi, investi de migrants en stand-by (Syriens, Irakiens, Afghans et Roms) inextricable errance de la misère totale, hors espace Schengen, les espoirs hélas illusoires de jours meilleurs sont à portée, croient-ils, des frontières hongroises. Des milliers de migrants ( en famille, enfants très très jeunes, en détresse absolue ) le choc est total, incommensurable, larmoyant. Folie totale du monde des armes (merci à tous les fabricants Follamour de bombes en tous genres) qui les chasse de leurs habitats et biotopes. La confrontation est énorme, les illusions misent à bas définitivement en ce qui me concerne.

Après Beograd descendre à Nis par Markovac, Jagodina, Paracin et Aleksina: 250 kms, puis train pour Skopje - visite - et re-départ pour Thessaloniki (Grèce) .

Les nouvelles de Grèce sont inquiétantes. J'arrive en plein milieu du cyclone.

Course aux € avant fermeture du champ de course.

Toutes les photos sont défilantes en activant les flèches à droite ou à gauche

une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux
une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux

une Lada serbe de collection. Arrivée à Belgrade.Chiens errants anywhere. Merci cycliste belgradois ! Le Parlement serbe (Narodna). Jean Louis et Patrick cyclos français. Foire au foot et aux footeux

Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie
Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes.  Arrivée du Tour de Serbie

Contrôle technique OK ! Moscou Hotel ! Joueurs d'échecs à Beogradska tvrdava.Devant le Modern Hotel. Danses folkloriques serbes. Arrivée du Tour de Serbie

Rencontre heureuse à Belgrade avec "M. l' Invisible" - une personne vraiment intéressante exigeant l'anonymat. Rencontre à suivre !

Un tour le long du Donaü jusqu'au Milan Muskatirovic Sports Center (l'antre de Djokovic), que je vais quitter demain matin pour Nis (Serbie) et Sköpje (Macédoine) ....j'y déposerai, ainsi que lors de mes passages dans les 20 capitales précédentes fréquentées sur mes pédales, mes "petits cailloux de la mémoire".

Paix et amour aux âmes de bonne volonté, n'est-il pas !

Beograd est une petite capitale, telle Bratislava ou Dublin. Le Danube continue à serpenter d'abord vers les Portes de Fer, avant d'être la frontière naturelle entre la Bulgarie et la Roumanie. Il plonge en Mer Noire par un delta géant autour de Constanza.

Un regret de ne pas me détourner par les Portes de Fer (entre Berzasca et Dobreta Turnu Severin, mais le temps m'est compté pour rejoindre la Grèce).

Confrontations permanentes de la migration de masse, partout et ailleurs.

Insupportable détresse, regards d'anxiété, regards d'envies justifiées, s'il te plaît...s'il te plaît...s'il te plaît....rumeurs avérées de grillages électrifiés, transhumance désordonnée vers un autre ailleurs de paix, sans bombes ni missiles assassins, dénuement, trafics multiples pour la survie, pudeurs rentrées et/ou honteuses.....

Vogués "petits cailloux messagers" ! Extrême misère migratoire des gares....
Vogués "petits cailloux messagers" ! Extrême misère migratoire des gares....
Vogués "petits cailloux messagers" ! Extrême misère migratoire des gares....

Vogués "petits cailloux messagers" ! Extrême misère migratoire des gares....

J'arriverai à Sköpje (compteur 900kms) par le train serbe de Nis (Serbie). Sköpje capitale depuis 1991 de la Macédoine. Sans doute l'un des plus miséreux pays de notre belle Europe. Une gare "internationale" démentement et salement bétonnée. Lieu de tous les trafics, échanges et passages négociés. Une tension et une vigilance en sur-tension...retenue permanente devant toutes provocations, la mèche est à combustion lente mais déjà allumée. (photos tentantes mais que je m' interdis modestement et humblement)

Je rejoins le Centrum. Un amas de bâtiments pompeusement mégalos. Du Néron, du Caucescu, du Hodja, tous " grands hommes (!) égaux dans la démesure de pseudo-démocrates/dingues autoproclamés" .

Depuis mes premiers voyages pédestres et cyclopèdiques je pratique la "chasse aux tampons/stample/scellos" pour mon carnet de voyage arminichilandais personnalisé.

Cette fois-ci devant l'entrée du Ministère des Affaires Etrangères Macédonien (si, si, si cela existe ) j'essaie l'obtention d'un tampon. Reçu par un jeune coq d'élite, diplômé des meilleures écoles internationales, celui-ci me promène dans 4 ou 5 bureaux remplis d'oiselles ébaubies, à la recherche d'un caoutchouc tamponneur . Que dalle, pas de caoutchouc tamponneur.....le coq prétentieux, allumé d'un flash soudain, me conseille alors d'aller voir à la Sister Térésa House ( chose qui fut faite et où j'obtins un tamponnage indélébile macédonien).

Maison/Musée à la mémoire et gloire de Soeur Térésa, native de Sköpje. Un havre de paix et d'eau bénite parmi des égouts nauséeux. Une mosquée avec minaret/rampe de lancement pour muezzin est en construction en toute proximité. Mariage entre la carpe et le lapin ? Affaire à suivre. Visite libre et émue (!) de cette oasis de paix.....une photo/selfie en curé mécréant officiant derrière l'autel à palabres. De la tendresse et beaucoup d'admiration pour vous extraordinaire Petite Soeur des trop pauvres.

Monnaie : le dinar macédonien, j'échange quelques euros en dinars afin de dîner justement. Offre un repas/café à un déshérité belgeo/macédonien (si, si, si...) et reprendrai ma visite pédalesque parmi les palais de la démesure et le vieil Sköpje musulman. (mosquée , hamman, souk....).

Quel gâchis là encore, jusqu'à quand ?

Une longue attente jusqu'au lendemain matin 4h (en fait 6h puisquet rain bloqué en douane en amont ), heure du train international serbe (!) Belgrade/Thessalonikki...... le Hellas

Ville des statues mégalos ( vieux réflexes mégalos des "rouges" ! ), de l'art merdeux offert au peuple qui trime, rame et se paupérise sans fin

Quelques moments de tendresse dans ce monde de brutes épaisses: le petit moineau et son/mon croissant, le fils assistant filialement son père diminué, la serveuse légèrement vêtue en transparence,ou quelques constats de catastrophe annoncée: le poubellique Centre de Tri Postal Macédonien et le répugnant quai de la gare "internationale" de Sköpje, clichés révélateurs de l'état d'un pays en déliquescence avancée.

Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui
Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui

Sköpje et son art merdeux. Soeur Térésa House et un Selfie béni/oui/oui

clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje
clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje
clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje
clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje
clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje
clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje

clichés photographiés à Sköpje - pot-pourri de monnaies sans valeur réelle- Petit oiseau au croissant - Quai de la gare internationale de Sköpje

le " Hellas " train international, dit de nuit circule de Belgrade à Thessalonique, une fois par jour dans les deux sens, il est loin de ressembler à nos TGV Alsthom ou à nos TER Bombardier. Un foutoir sur rails. Le matériel a déjà beaucoup servi, le tout c'est de pouvoir le relancer après chaque arrêt.....et les arrêts sont nombreux. Le passage en frontière demande des heures. Du fait de l'invasion d' innombrables migrants Syriens, Irakiens, Afghans et Africains, toutes et tous stationné(e)s en attente en gares frontières de Gevgelija et de Bogodorica (Macédoine/Grèce) le train est bloqué en douane jusqu'à vérification de tous les passeports des passagers embarqués. Ce même train est régulièrement ralenti voire stoppé volontairement par des candidats à l'entrée en espace Schengen afin de pouvoir y monter. Misère de tous ces pauvres migrants fuyant avec leur famille entière les bombes et missiles qui les décimeraient de toute façon s'ils devaient rester chez eux. Des pensées et non pas les meilleures pour les " Poodle/Follamour " metteurs au point lâchement et sans état d'âme de tous ces engins de mort certaine.

Un mur de la honte ( la Hongrie a déjà commencé les travaux) s'installe le long des frontières de notre encore paradis économique afin de contenir quoiqu'il en coûte ces morts-vivants. Ce même train emprunte depuis Sköpje la vallée du Vardar, sur des dizaines de kms c'est un long cortège de "crève la faim" qui déambule à pied, à vélos à la recherche du meilleur passage vers une liberté européenne pourtant aléatoire. Démonté devant ce spectacle dantesque, des gestes, des regards insoutenables, des attitudes de survie de la dernière chance. Quel monde, mais quel monde ! L'arrivée à Tessaloniki aura lieu avec quelques heures de retard (à ce niveau de retard il n'est plus nécessaire de compter les heures....).

Les rails ayant trop chauffé sous le cagnard héllènique ils se sont donc dilatés plus que la norme européenne de Bruxelles l'autorise, une longue procession de trains en tous genres, en attente, s'alignent à la queue-leu-leu. Ca descend sur les rails de partout, évidemment, car maintenant tous les possesseurs de portables/GPS ont compris que la gare d'arrivée n'était pas loin. Le contrôleur grec en a perdu son latin (un comble quand même pour un Grec !) il s'est enfermé dans son local technique ....en pleurs !

Remontage de mon Mout-Mout François afin de pouvoir me précipiter vers un automate bancaire et faire le plein d'€. (un vrai plein d'espèces)

Ici en Grèce, c'est panique générale, plus de "biffetons à la tireuse". Les cartes de crédit commencent à refuser leur chaleureuse collaboration, si, si, si... Les Grecs sont les premiers impactés de la décision des "banquiers rapaces"

Ma précipitation d'un retour express en Grèce m'a sauvé le mise, à quelques heures/jours près je devenais un sans le sous. Merci Zeus, merci Apollon le programme/itinéraire initial va pouvoir être presque respecté.

Thessaloniki, deuxième ville grecque, ville universitaire, tout en haut de la Mer Egée (Thermaikos Kölpos). Jolie et chaleureuse ville qui mérite d'y séjourner.

Gare frontière, Certifié hygiène aux normes, le Hellas train international, si, si, si...
Gare frontière, Certifié hygiène aux normes, le Hellas train international, si, si, si...
Gare frontière, Certifié hygiène aux normes, le Hellas train international, si, si, si...
Gare frontière, Certifié hygiène aux normes, le Hellas train international, si, si, si...

Gare frontière, Certifié hygiène aux normes, le Hellas train international, si, si, si...

Moussaka....si, si, si ! Les olives, si, si, si...! les Poissons de la Mer Egée,.... si, si, si ! Feta,.... si, si,si
Moussaka....si, si, si ! Les olives, si, si, si...! les Poissons de la Mer Egée,.... si, si, si ! Feta,.... si, si,si
Moussaka....si, si, si ! Les olives, si, si, si...! les Poissons de la Mer Egée,.... si, si, si ! Feta,.... si, si,si

Moussaka....si, si, si ! Les olives, si, si, si...! les Poissons de la Mer Egée,.... si, si, si ! Feta,.... si, si,si

Longue balade en front de mer Egée, puis chasse aux tampons grecs pour mon carnet de route. Difficile, le Grec est méfiant, fonctionne congénitalement au black et il s'imagine toujours qu'une demande de tampon sera transmise au percepteur ( la bête noire du commerçant Grec).

Visite de l'Eglise orthodoxe des Saints Apôtres, du vrai byzantin orthodoxe comme je les aime, rencontre avec les bedeaux de l'église, non mais...un détour aussi par la brûlerie de lumignons orthodoxes (la recette en pièces traîne parterre en attendant d'être relevée par le Pope Picsou-toulos. ( vrai ! ).

Des camionnettes "haut-parleur" sillonnent la ville appelant le citoyen à la révolte ( je me doute qu'il ne s'agit pas d'un appel aux dons pour les armateurs grecs ni pour l'Eglise orthodoxe ou les Popes machos du Mont Athos exempts, eux, de toutes taxes confiscatoires. L'ambiance générale est vraiment morose.

Dommage que je ne puisse lire le cyrillique car je passe évidemment à côté de beaucoup de commentaires nécessaires à la compréhension du schmilblick grec. Référendum dans quelques jours, la pression monte encore d'un cran. C'est du live intégral pour moi. L'Etat grec est à l'évidence évanescent, inutile, sans autorité, sans règles même règles simples pour être profitables à un début de vie commune.

Chacun fait , fait, fait.....ce qu'il lui plaît, plaît, plaît....le soleil chauffe, la mer et les îles sont enchanteresses ....et nom de Zeus tout baigne et macère dans l'huile d'olives, si, si, si....

Les transhumants/sacochards d'Ouest en Est empruntent la voie royale pédalière par Kalambaka (les Météores). Pour ma part de Thessaloniki je dois pointer Larissa plein sud et Lamia avant de rejoindre Athènes. Bonjour au Mont Olympe en passant. Ayant amputé mon séjour d'une huitaine il me faut être à Athènes vers le 26 juin. Compteur à 1200 kms

Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque
Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque
Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque
Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque
Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque
Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque

Front de mer à Thessalonique, l'Eglise des saints Apôtres à Thessaloniki,et ses bedeaux. Sac de pièces au brûloir de lumignons. Une camionnette haut parleur de la CGT grecque

la soutane de plage à Thessaloniki se porte ample et flottante en 2015, si, si, si.....et je certifie que les voies du Seigneur sont recevables par portable agréé, si, si, si...

la soutane de plage à Thessaloniki se porte ample et flottante en 2015, si, si, si.....et je certifie que les voies du Seigneur sont recevables par portable agréé, si, si, si...

Athènes en ce jeudi 25 juin est sous le cagnard. Il me faut un hôtel rapidement afin de sécuriser mon Farrhad François - chose faite pour deux nuits, au Marion Hôtel d'abord et à l'Hotel Ana ensuite (même proprio, même pratique....tarif discutable évidemment et en espèces hors taxes...tout va donc s'arranger prochainement me dit-on, promis-juré ce sont les toutes dernières magouilles avant de rentrer dans le droit chemin fiscal européen.. Angéla/François je n'ai rien dit hein ! )

Il n'y a qu' une ville comme Athènes.....c'est Athènes (souvenirs avec Marie Bé il y a plus de vingt ans).

L'Acropole, la Plaka, le Parlement, l'Agora, le Panathenaic Stadium, la colline de Lycabettus, l'Olympieion....Vingtième capitale européenne en vélo/sacoches pour moi

tournée générale d'ouzo !

Le bonheur de "vélocypéder" en centre-ville d'Athènes, ruelles de la Plaka comprises, nom de Zeus de nom de Zeus, si ce n'est pas cela le bonheur à la grecque. J'en profite jusqu'à plus soif, n'est-il pas ?

Un méchante attaque surprise en règles d'un chien grec ( berger allemand celui-là, ach ! ) juste devant le Palais de la Présidence (Irodou Attikou) . Un comble, des flics partout, partout... qui attendrons pour intervenir....il m'a fallu aboyer plus fort que le molosse héllènique pour que les en-bottés interviennent et éloignent enfin l'agressif museau de mes mollets bretons rendant visite à la Présidence seulement symbolique de l'Etat grec.

Lors de ce parcours ce problème des chiens errants et mordeurs fut quasi-journalier. Mon sifflet, vraiment très strident et insupportable pour l'oreille, les surprend d'abord, effet surprise me permettant ainsi de m'éloigner des crocs canins (à Budapest, à Belgrade, en Macédoine et en Serbie....partout des chiens errants sans collier. Une plaie sans solution là aussi.

Dans ma tête de pâtre celte je me suis convaincu de "faire mon marathon" . Le vrai Marathon, celui qui part du "Tumulus des Athéniens" à Marathonas pour rejoindre le Panathenaic Olympique Stadium, la voie bleue mythique, mais, mais.... mais avec mon Mout-Mout, mon Farrhad François. Samedi 26 juin 2015 donc Marathonas et retour dimanche 27 vers le Stadium mythique.

Visite d'Athènes et détour par le Ministère du Tourisme près du Panathéikos FC ( le stade celui-là des "Charolais tout en ballon" grecs ).

Une prise de tête dans un bureau officiel de l'Etat grec, ou la Secrétaire en Chef du Service refusa de sortir le "tampon du Tourisme" malgré l'ordre comminatoire d'un Grand Chef du Bureau d'en haut, un bel homme grec à la teinture auburn toute fraîche, à la Jean-Touffic. Ayant rallié à moi les quatre autres secrétaires agitées de l'Etat grec, la Chef ....céda enfin son Caoutchouc du Tourisme grec, sous les huées. L'administration grecque est un monde vraiment à part, je vous prie de me croire. Je suis ressorti fier comme un celte de m'être fait tamponné (!) par un Chef du Tourisme grec....non mais !

l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.
l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.
l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.
l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.
l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.

l'Acropole au dessus du Théâtre de Dionysus. L'Olympieion, l'Agora publique. le Cordonnier des sandales grecques à la Plaka. le Parthénon à l'Acropolis.

Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium
Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium
Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium
Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium
Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium

Mt-Mt François s'invite à 6h du matin au Parlement Grec - Discussion animée et sportive au Ministère du Tourisme à Athènes - Un Garde Présidentiel en démonstration - le Panathenaic Stadium

le samedi 27 juin je rejoins Marathonas (à 42 kms au N/E d'Athènes), camping à Marathon Beach afin d'être en place dès potron-minet le dimanche 28 juin pour "mon marathon".

Je n'ai jamais été un coureur de fond mais en pédestre ou en cyclo je sais durer longtemps à mon rythme. D'autres marathon-men, tel un "Bigame Nogentais malheureusement toujours resté prisonnier et captif de ses lourds mystères inavouables ", auraient voulu sans doute, sinon pu, améliorer leurs performances dans un tel contexte historique. Pas de performances recherchées pour moi ni pour mon Farrhad François ni pour son cavalier celte arminichilandais, juste la joie d'être sur mon âne de métal à pédales et à cheval sur la ligne bleue du mythique s'il en est, parcours originel:

de la Butte/Tombe des Athéniens à Marathonas au Panathénaic OlympiqueStadium d'Athènes, le parcours emblématique est en fait devenu une longue traversée de zones activement industrielles par Nea Makri, Rafina, Pikerni, Pallini et Katechaki. Profil et dénivelé assez doux, surtout pour un bicycle des temps modernes. Du réel plaisir et du bonheur à "participer c'est essentiel n'est-il pas ? "

Nom de Zeus de nom de Zeus" que ce fut bon !

Camping de Marathon Beach et Marathon beach
Camping de Marathon Beach et Marathon beach

Camping de Marathon Beach et Marathon beach

Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -
Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -

Marathon Race - la Butte/Tombe des Athéniens (départ vrai ) -

D'Athènes au Pirée en ce dimanche 28 juin il ne me fallu guère de temps.

Le Pirée - port d'Athènes - antre des armateurs privilégiés et autres fortunes diverses exemptes de toutes taxes solidaires - est un affront à ciel ouvert à toute la misère latente du peuple grec qui souffre.

Les arrogants et démentiellement somptueux bateaux de luxe - tous immatriculés à Londres ou aux Bahamas narguent ostensiblement le petit peuple qui vient rêver là d'une autre vie. C'est dans l'ordre des choses sans doute. J'y dormirai dans un hôtel "encore négocié en espèces". Un ancien très bel hôtel le "Covo d'Oro Hotel " bien décati par les années. Trois générations de dindes gèrent en s'engueulant le bazar hôtelier. Poillade assurée pour qui veut suivre les inter-relations familiales du lieu. Mout-Mout François dormira dans le hall d'entrée comme on laisse sa Ferrari ou sa Jaguar en place d'honneur: moi d'abord et devant !

Plus de cartes de crédit acceptées anywhere, les banques fermées depuis plus d'une semaine refusent d'intervenir. Les restaurateurs sont catastrophés, la clientèle s'énerve de ne plus pouvoir dépenser. Les Grecs attendent des heures devant les quelques distributeurs encore approvisionnés en billets. Les commerces ne peuvent plus acheter pour renouveler leurs stocks ( faute de transactions faciles - tou(te)s gardent leurs précieuses et rares espèces en €. Joli bordel que voila n'est-il pas?

Le programme pour les jours à venir est de longer le Péloponèse nord pour rejoindre Patras (250 kms d'Athènes). D'abord atteindre Corinthe et son emblématique isthme, puis Kiato, Dervini et Egio.

Du Pirée pour Mégara la route côtière est une 4 voies, donc interdite aux vélos. Il m'est alors conseillé de rejoindre l'île de Salamina par un premier ferry et d'en sortir par un deuxième à l'ouest de l'île. Les bacs et ferries en Grèce sont very cheap (souvent moins d' 1 € la traversée)

Le lundi matin donc direction Péramas pour le premier ferry - traversée de l'île de Salamina pour ensuite Mégara (pique nique le midi). L'isthme de Corinthe en début d'après midi. Une cérémonie "petits cailloux du souvenir" en ce lieu impressionnant tout de même. Spectacle surprise alors soudain d'un cyclo nerveux déboulant à toutes beurzingues qui se coince la roue avant entre deux planches disjointes du pont et effectue sans le vouloir: le plus beau soleil de sa vie - hélas j'ai loupé la photo pour m'être rendu à son secours tout sonné/groggy qu'il était au lieu de cliquer.

Comment dit-on merde c'est raté en grec ancien ?

Camping de Corinthe, le Blue Dolphin, un coucher de soleil fabuleux ce soir là. Une cigale me tiendra compagnie "craquettant" parmi mes sacoches sous la tente, une Madone réincarnée sans doute, une bonne fée pour veiller sur un Mécréant à pédales.

resto sardines/poissons au Pirée - le luxe extrême sur l'eau - Hotel au Pirée - ferry pour l'île de Salima
resto sardines/poissons au Pirée - le luxe extrême sur l'eau - Hotel au Pirée - ferry pour l'île de Salima
resto sardines/poissons au Pirée - le luxe extrême sur l'eau - Hotel au Pirée - ferry pour l'île de Salima
resto sardines/poissons au Pirée - le luxe extrême sur l'eau - Hotel au Pirée - ferry pour l'île de Salima

resto sardines/poissons au Pirée - le luxe extrême sur l'eau - Hotel au Pirée - ferry pour l'île de Salima

des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos
des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos
des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos
des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos
des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos

des centaines d'ex-votos en mémoire de dcd de l'asphalte - Gigantesque bordures de lauriers-roses - entre Agi Théodori et Korinthos

l'Isthme de Corinthe - Camping du Blue Dolphin - une cigale pour la nuit !
l'Isthme de Corinthe - Camping du Blue Dolphin - une cigale pour la nuit !
l'Isthme de Corinthe - Camping du Blue Dolphin - une cigale pour la nuit !
l'Isthme de Corinthe - Camping du Blue Dolphin - une cigale pour la nuit !

l'Isthme de Corinthe - Camping du Blue Dolphin - une cigale pour la nuit !

Mardi 30 juin, lever tôt pour un départ à 6h1/4, à la fraîche le rendement est meilleur. Douceur de vivre, un décor de rêve sur le Korinthiakos Kolpos regard vers Patras tout à l'Ouest. Ce sera la journée des " bonnes choses" et des bonnes rencontres. Tout d'abord j'entre à "Velo" (joli nom pour un village) et passe quasi simultanément le cap des 1500 kms. Le cagnard pointera son nez tôt ce matin là....quand une camionnette des Grecques Télécom, par la fenêtre du passager, me tend une bouteille d'eau fraîche. Je retrouverai Gregory et Spirio un peu plus loin en train de remettre en état une armoire télécom. Le repas en "portage" suivra une heure plus tard, une autre camionnette qui de la même façon me tendra une pêche et une orange juteuse par le portière comme pour un coureur du tour de France dans la montée du Tourmalet. Petits gestes simples mais quel réconfort pour la tête et pour le corps qui ahane en essayant de trouver un passage sur une route côtière en proie actuellement à des travaux gigantesques. Gros orages en fin de journée. Arrivée au Camping Tsolis juste avant Labiri. Décor magique. Mt-Mt François dormira près de la tente plantée face à la mer sur une terrasse en suspension.

Patras est à 25 kms, j'y serai le mercredi 1 juillet avant 8h.

Rencontre avec un cycliste Grec, professeur d'allemand en lycée, 55 ans, qui m'accompagne quelques kms, nous discuterons évidemment de l'état de la Grèce et de son avenir plus qu'incertain. Il fondra soudain en larmes !

Patras, 3 ème ville de Grèce, grand port de ferries. Relayé depuis plus de 10 ans par un magnifique pont, Rio- Andirrion, au continent grec en face. Souvenirs du ferry qui "navettait" il y a encore 20 ans en lieu et place de ce remarquable pont.

Ambiance économique lourde ici aussi, les queues aux distributeurs et banques sont énormes, dans le calme et la discipline en apparence, tout le monde "queutte" ....Pope compris (les pièces jaunes de la quête et des lumignons ne suffisent plus pour vivre sans doute).

Obtention facile d'un billet ferry chez Anek Compagnie sur l'Hellenic Spirit - 1000 kms environ entre Patras et Ancona (Italie), escale à Igoumenista face à Corfou

Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !
Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !
Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !
Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !
Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !

Bienvenue à "Vélo" (côte nord du Péloponèse) - cap des 1500 kms - Grégory et Spirio mes ravitailleurs généreux - ravitailleurs fruitiers !

salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -
salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -
salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -
salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -
salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -

salade grecque (plat national avec la moussaka" - Quand il pleut....il pleut ! - Camping Tsolis à Labiri: vue imprenable ! -

Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa
Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa

Pont de Patras entre Rio et Andirrion - queue d'attente devant les banques grecques - le Ferry Anek Cie - on donne à manger à la "bête" ! - invasion de Roms à l'escale de Igoumenitsa

Longue traversée confortable, le ferry est loin d'être surbooké. Quelques camions occupent essentiellement les garages du monstre. Des dauphins nous salueront devant l'étrave au lever du jour, un joli spectacle. A l'escale de Igoumenitsa une centaine ou plus de Roms investissent le pont semant la panique (!) parmi les croisiéristes de la croisière s'amuse, ils rentreront vers l'Albanie après avoir refait les niveaux en € en Italie.

Ancona, le matin du 2 juin, à la gare de la Trenitalia, le retour ferroviaire vers Parighi (Paris) par Milan et Lausanne est vite organisé. Je rencontre Muharrem, jeune aventurier cyclo-alpiniste Turc aux mains et pieds gelés - www.muharremirmak.com - moment fort et respect.

Arrivée à Milan et longue attente du Thello "Venizia-Milano-Parighi".

23h, un cirque ferroviaire, précipitation d'une faune migrante vers le sésame européen. Train et couchettes investis rapidement. Russes, Irakiens, Syriens, Africains, Européens s'entassent dans les compartiments réservés - train de nuit réputé pour sa lenteur - transit par le tunnel du Simplon et Brig (frontière italo-suisse).

Train bloqué en frontière pendant 2 h - "Kontröl papier bitte" - Plus d'une cinquantaine de migrants en situations difficiles sont "extraits manu militari" du Thello - vécu le processus dans mon propre compartiment, la tension était énorme - ach-ach-ach, la rigueur suisse n'est pas une légende de type Guillaume Tell et Pomme d'Api.

Cela interpelle une fois de plus sur le monde dans lequel nous vivons !

A l'arrivée à Paris remontage de mon destrier celte sur le quai de la Gare de Lyon - 20 mns plus tard escalator de la Gare Montparnasse et TGV direction Rennes et Beurzoukland.

Bilan kilométrique:

Trains divers et variés, Bretagne-Budapest et Ancone-Paris-Bretagne : 3500 kms (!)

Ferry entre Patras et Ancona : 1000 kms

Vélo : 1500 kms

Extraordinaire voyage en centre Europe - riches rencontres - Voyage émotionnellement difficile et de nombreuses interpellations qui obligent à de fortes réflexions sur l'avenir de notre drôle de monde, n'est-il pas

Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.
Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.
Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.
Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.
Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.

Muharrem jeune cyclo alpiniste Turk - le Thello (Venizia-Milano-Parighi) - Moment de "concentration" chez nos voisins suisses en attendant le tri (!) - Lever de soleil sur la Frââânce le 3 juillet 2015.

Partager cet article

Repost 0
Published by danydarminichi
commenter cet article

commentaires